Partie XIX - Tintin   
NONAGONES TINTIN OR NOIR

La première fois que Tintin pose le pied en Terre Sainte, c'est en 1939, soit 8 ans avant le plan de partage de la Palestine (29 novembre 1947) et 9 ans avant la création de l’Etat d’Israël (14 mai 1948). Dans l’aventure Tintin au pays de l’or noir, le 28 décembre 1939 (prépublication dans Le Petit Vingtième n°52), Tintin embarque sur le Speedol Star en qualité de radio-télégraphiste et débarque à Caïffa (port sur la Méditérranée imaginé par Hergé, en écho à la ville portuaire de Haïfa. Elle est depuis située au nord d’Israël. Il faut savoir également qu’au temps des Croisades et des Mamelouks, elle portait le nom de Caifa ou Caïffe en français. Caïffa deviendra «Haïfa» dans la première édition de l’album en 1950. Haïfa est en fait le port le plus important de la Palestine, sous mandat britannique à l’époque. Tintin s’y rend pour enquêter sur une affaire d’essence frelatée (Tintin au pays de… l’or noir). Haïfa se trouve au nord de la frontière du Liban, au pied du Mont Carmel, dans la baie de Saint-Jean d’Acre (Tintin en Terre Sainte, 2019 - www.tintin.com, fr.wikipedia.org - Tintin au pays de l'or noir).

5433

On procède comme pour Tintin au Congo avec la plaque de la guimbarde de couverture : 1385 pris pour une année, celle de la pacification de Gand et possiblement celle de la naissance de Jan Van Eyck.

La plaque de la jeep des Dupondt porte le n° 5433.

Le calendrier hébraïque est un calendrier luni-solaire composé d’années solaires, de mois lunaires, et de semaines de sept jours commençant le dimanche et se terminant le samedi, jour du chabbat. Comme point de départ, il se réfère à la Genèse («Beréshit» : «commencement»), le premier livre de la Bible, dont il fait correspondre le début à l’an -3761 du calendrier grégorien (proleptique) (fr.wikipedia.org - Calendrier hébraïque).

L'année hébreue 5433 correspond à 1673 AD.

D'un seul mot nous résumerons, si l'on veut, le sens général des quatre groupes à l'avant-plan du panneau central du retable de l'Agneau mystique des Van Eyck : c'est à droite le Nouveau Testament, à gauche l'Ancien Testament, mais à la condition d'y comprendre outre le peuple Juif, tous ceux qui, avant la venue du Christ, ont eu foi en les promesses Messianiques. De cette double représentation se dégage clairement une nouvelle pensée symbolique : la troupe qui, à droite, s'achemine vers le trône de l'Agneau, a cru en la parole divine pleinement manifestée depuis l'enseignement du Sauveur : c'est donc la Foi qui est ici symbolisée ; tandis que, à gauche, c'est l'Espérance ; car cette multitude n'a pu opérer son salut, que pour avoir gardé sa confiance en la promesse d'un rédempteur futur. Et voilà comment en une ravissante image, sont ici figurées les deux premières vertus théologales, ou divines : La Foi et l'Espérance (Gabriel van den Gheyn, L'interprétation du retable de Saint Bavon à Gand: l'Agneau mystique des frères Van Eyck, 1920 - www.google.fr/books/edition).

The Ghent Altarpiece (“Adoration of the Lamb”) by Hubert and Jan van Eyck (1432) depicts the “redemption” of the Jews at the end of days, and the union of Jews and Gentiles in the triumphant Church (see Lotte Brand Philip, The Ghent Altarpiece and the Art of Jan van Eyck, Princeton, 1971) (Medieval Jewish Civilization: An Encyclopedia, 2014 - books.google.fr, en.wikipedia.org - Lotte Brand Philip).

755

La plaque de la voiture qui fait boum au début de l'album porte 755543, si on ajoute les « 3 litres » demandés par les Dupondt, on retrouve 5433 après 755.

Valeur de l'expression hébreue : obstiné (stubhorn) (www.billheidrick.com).

Quelles épithètes usuelles Erasme applique-t-il aux Juifs ? Nous n'aborderons pas particulièrement l'incrédulité (increduli, incredulitas), l'aveuglement (caecitas) et l'envie (invidia) envers les Gentils, car ces épithètes sont vraiment trop moelles et trop fréquentes. Nous en avons d'ailleurs déjà parlé, bien qu'en passant. Nous avons aussi déjà mentionné les "malheureux" Juifs (miseri, infelices). Les Juifs sont obstinés (obstinati, pervicaces), intraitables (natio intractabilis), ingrats et distraits (ingrats gens, populos ingrates et obliviosus), dépravés (Judaerem perversitas, improbitas), impies (impii), désespérément superstitieux (Judaeomm invicta, invincibilis superstitio), orgueilleux (superciliosi), méchants (Judaeorum malitia), soupçonneux (Judaeorum perversa suspicio), calomniateurs (calumniatores), sots et grossiers (duri et crassi), cruels (Judaeorum saevitia), enragés (Judaeorom rabies, furor), jaloux (Judaicus livor). Ils ont une nature mauvaise et incorrigible (invincibilis Judaeorum importunitas), ils sont méprisés par tous les peuples (contempti ab omnibus nationibus), pitoyables, réprouvés, stériles (deplorati, abjecti, steriles). Il n'y a pas à dire, la liste n'est guère flatteuse. Précisons, toutefois, que ces injures viennent presque toutes de St Augustin, qu'elles étaient devenues au Moyen Age général de l'Occident chrétien. En effet, au Moyen Age, l'auteur chrétien qui écrivait en latin empruntait presque toujours ses formules à St Augustin lorsqu'il voulait injurier méchamment les Juifs. Après la comparaison de notre liste avec celle que B. Blummkranz cite dans son ouvrage sur saint Augustin, nous sommes convaincus de la discrétion et de la parcimonie avec lesquelles Erasme a puisé dans ce trésor commun (Simon Markisch, Erasme Et Les Juifs, 1974 - books.google.fr).

La première oeuvre gravée de Jacques Callot à Florence est Le Purgatoire et l'Enfer d'après Poccetti, en 1612 (Daniel Ternois, L'art de Jacques Callot, 1962 - www.google.fr/books/edition).

L'Enfer de Poccetti est formé de cercles concentriques comme celui de Dante, mais il se présente en sens inverse par rapport à celui-ci, comme l'a fait remarquer René Taveneaux (1968, p. 21-22) : contrairement aux usages, l'Enfer devient ici une sorte de pyramide dont la base est effleurée par un fleuve sur lequel flottent des barques chargées de damnés et conduites par des démons ; les pécheurs sont répartis sur les gradins de la pyramide. En partant du bas, où sont représentés ceux qui furent victimes des sept péchés capitaux, on rencontre progressivement les hypocrites, les hérétiques, les «IVDAEI OBSTINATI» (« les juifs obstinés»), les idolâtres, jusqu'à atteindre le sommet de la pyramide surmontée par l'horripilante figure de Satan, qui dévore un corps démembré (Florence au grand siècle entre peinture et littérature, 2011 - www.google.fr/books/edition).

Samuel Goldstein, "celui qu'on attendait" (page 15)

On peut raisonnablement formuler l’hypothèse que le personnage de Goldstein fut représenté par Hergé (y compris dans son imaginaire de classe moyenne occidentale de l'époque) selon les clichés conventionnels de l’«ashkenaze d’Europe centrale» par contraste avec les autres personnages d’activistes sionistes. [...] Il y a une allusion messianique, très probablement intentionnelle de la part d’Hergé quand on connaît son arrière-plan idéologique et le souci de documentation scrupuleuse qui caractérisera les oeuvres de Hergé après les bévues commises à ses débuts dans les années 30 (singulièrement lors de la réalisation de «au pays des soviets») (www.librairie-tropiques.fr).

 

117

La pierre angulaire est ce qu'il y a de mieux.

Laissant la pierre d'angle, on cherche la pierre d'or

Quand elle seule rend et riche et sage et fort.

 

118

La pierre philosophale est en toi

Rentre en toi-même, ami ; cette pierre des sages,

Il ne faut la chercher sur sur d'étrangers rivages.

 

119

La pierre angulaire fait ce qui dure éternellement

La pierre d'or fait l'or, qui passe avec le temps,

Mais la pierre angulaire un stable bâtiment (Le pèrlerin chérubique de Angelus Silesius, Tome 1, traduit par Eugène Susini, 1964 - www.google.fr/books/edition).

Notons que pétrole est en latin petroleum, du grec petra, «roche», et du latin oleum, «huile» (fr.wikipedia.org - Pétrole).

Angelus Silesius ou Johannes Angelus Silesius, né Johannes Scheffler en décembre 1624 à Breslau (en Basse-Silésie, alors sous domination de la dynastie autrichienne des Habsbourg) et mort le 9 juillet 1677 dans la même ville, est un poète, médecin, théologien, prêtre (franciscain) et mystique allemand. Ses épigrammes profondément religieuses, d'un mysticisme très aigu et particulier, sont considérées comme l'une des œuvres lyriques les plus importantes de la littérature baroque. Il est à ce titre parfois surnommé «le Prophète de l'Ineffable». Élevé dans le luthéranisme, il découvre au cours de ses études les œuvres de certains mystiques du Moyen Âge ainsi que celles de Jakob Böhme par l'intermédiaire d'Abraham von Franckenberg. Son mysticisme et ses critiques de la confession d'Augsbourg le placent dans une position difficile vis-à-vis des autorités luthériennes ; il entrera donc dans l'Église catholique en 1653. C'est alors qu'il prend le nom d’Angelus Silesius (en latin, soit en français : «le messager de Silésie») (fr.wikipedia.org - Angelus Silesius ).

Angelus Silesius est contemporain de Sabbataï Zvi.

Sabbataï Zevi, le Messie : "celui qu'on attendait" (page 15)

Sabbataï Tsevi (ou Zvi ou Tzvi, ou Zevi ou Zewi ou Sevi, Sabetay Sevi en turc ; prénom également écrit Sabbathai ou Shabtai) est né à Smyrne dans l'Empire ottoman (actuellement Izmir, en Turquie) le 1er août 1626 et mort autour du 17 septembre 1676 en exil à Dulcigno (actuellement Ulcinj au Monténégro). Il a été considéré de son temps comme le Messie par un grand nombre de Juifs. Sabbataï Tsevi se proclama Messie en 1648, à l'âge de 22 ans. Il s'appuyait sur une interprétation (contestée) du Zohar (un livre de mystique juive), selon laquelle l'année 1648 devait voir la rédemption du peuple juif. En se proclamant Messie, il allait provoquer un schisme profond au sein du judaïsme, entre ceux qui l'accepteraient et ceux qui le refuseraient. Au début de 1666, Sabbataï Tsevi partit pour Istanbul, capitale de l'Empire ottoman. Nathan de Gaza avait annoncé qu'il placerait la couronne du Sultan sur sa tête. Dénoncé aux autorités ottomanes par les dirigeants de la communauté juive locale comme étant un fauteur de troubles, Sabbataï Tsevi fut convoqué au palais en 1666 pour y rendre des comptes. Après deux mois d'emprisonnement à Istanbul, Tsevi fut envoyé à la prison d'État d'Abydos, où il fut d'abord traité avec de grands égards, puis mis au carcan. Il est ensuite transféré dans la prison d'Andrinople (l'actuelle Edirne). La ferveur des fidèles n'ayant pas diminué, Sabbataï Tsevi est sommé par les autorités ottomanes de «prouver ses pouvoirs surnaturels en survivant aux flèches dont il sera la cible». Il échappe à l'épreuve en se convertissant à l'islam et en prenant, en septembre 1666, le nom d'Aziz Mehmed Efendi. Sabbataï Tsevi eut par la suite une attitude ambiguë, justifiant sa conversion par un ordre divin, mais conservant certaines pratiques juives et kabbalistes (voir marranisme) qui lui vaudront finalement son exil. Après des consultations avec les Juifs, le sultan Mehmet IV exile Tsevi à Dulcigno, une petite ville côtière de l'actuel Monténégro, sur l'Adriatique, où il meurt seul en 1676 (fr.wikipedia.org - Sabbataï Tsevi, nostradamus-centuries.com - II, 62 - Sabbataï Zévi, Tantale et la Samaritaine - 1676-1677).

Ce n’est pas seulement une péripétie de l’histoire, un fait divers des temps passés que nous dépeint ce livre, mais peut-être met-il au jour la tentation silencieuse qui hante l’esprit de chaque juif, selon Moses Hess : être le Messie ; gare à celui qui succombe à ce singulier désir (Charles Mopsik, L’Âne, mars 1984) (Verdier. 40 ans d édition. une chronologie, 2019 - docplayer.fr).

Dulcigno

Le grand vizir hésita entre l'exécuter et le déporter, mais, en janvier 1673, il choisit finalement de l'exiler à Dulcigno (en turc, Ulkün) en Albanie, que les sabbataïstes appelaient Alkum d'après Proverbes 30, 31. Bien qu'on lui autorisât une relative liberté, il disparut de la scène publique , mais certains de ses adeptes poursuivirent leurs pèlerinages, semble-t-il déguisés en musulmans. Sa femme Sarah mourut en 1674, et il épousa Esther (appelée Jochebed dans d'autres sources), la fille de Joseph Filosof, rabbin respecté de Salonique et l'un de ses principaux partisans. De temps en temps, lors de ses illuminations, il envisageait le retour à sa situation antérieure et considérait que la rédemption finale était proche. Durant les dix dernières années de sa vie, notamment à Andrinople, il avait coutume de révéler aux élus, souvent après avoir exigé d'eux qu'ils se soumettent à une «apostasie mystique», sa version particulière du «mystère divin» (Gershom Scholem, La kabbale, une introduction : origines, thèmes et biographies, 1998 - www.google.fr/books/edition).

Depuis déjà longtemps, les chercheurs ont vu chez le nom d'Ulqin (Ulcinium, Olciniom) le nom à base indo-européenne du loup. La figure du loup en tant que totem et symbole héraldique apparaît jusqu'au XIVe siècle dans le sceau employé par les seigneurs d'Ulqin, les princes albanais du moyen âge de la famille des Balsha. [...]

D'une égale importance pour la légende des Argonautes est aussi la légende épirote bouthrôtienne qui dit que Médée, après le mariage de Jason avec Créûse et l'attroce vengeance de la magicienne, «mourut et fut enterrée à Bourthrôtos». Cette version du tombeau de Médée en territoire illyrien est différente de la version grecque racontée, entre autres, par Euripide dans sa célèbre tragédie (Les Lettres albanaises, Volumes 3-4, 1989 - www.google.fr/books/edition).

Butrint (ou Butrinti) est une ville d'Albanie, située à proximité de la ville de Saranda et de la frontière grecque. C'est aussi un site archéologique, autrefois connu sous le nom de Buthrotum. Elle est l'autre bout de l'Albanie par rapport à Ulkün (fr.wikipedia.org - Butrint).

Jason pour l'amour duquel Médée a tué son frère, trahi son père, son pays, son peuple, celui qu'elle a toujours suivi par passion, a fini par se débarrasser d'elle. De plus, rejetée depuis toujours par les Corinthiens parce qu'elle était étrangère, elle est chassée sans ménagement de la ville avec ses deux enfants. Folle de rage et de douleur, Médée se venge en tuant sa rivale : elle offre à Créuse une tunique magique qui, à peine enfilée, s'enflamme, brûlant sa porteuse ainsi que son père, puis incendie le palais royal. Possédée par une folie meurtrière ou furor en latin et malgré les tentatives de sa nourrice, Médée atteint une folie meurtrière si grande qu'elle dépasse l'humanité. Elle se livre au pire crime, l'infanticide, en poignardant Merméros et Phérès, les enfants qu'elle avait eus avec Jason, se vengeant de sa trahison, juste après s'être éloignée du palais en flammes.

Selon Pline écrivant sur le naphte, c'est ainsi qu'on rapporte que Médée brûla sa rivale : celle-ci, au moment où elle s'approchait de l'autel pour y faire un sacrifice, eut sa couronne aussitôt envahie par le feu (Pline l'Ancien, Histoire naturelle, livre II, 108-109) (fr.wikipedia.org - Médée (mythologie)).

En 1914, la Scupstina avait concédé à une compagnie hollandaise le droit d'exploiter le pétrole, lorsque la guerre vint suspendre le contrat. Le pétrole est d'excellente qualité dans la Terminitza et à Dulcigno, identique à celui de Roumanie et de Vallona ; certains ont voulu en déduire qu'il s'agirait des mêmes filons que dans ces régions. La tradition rapporte que l'on exploitait jadis diverses mines au Monténgro, précisément les mêmes qu'en Serbie (Revue économique internationale, 1922 - www.google.fr/books/edition).

La culture de la betterave à sucre a commencé en 1939 dans la dépression de Korça. Dès 1941, grâce aux Italiens aidés par les Allemands, 7.000 hectares étaient ensemencés en betteraves. La culture de la betterave n'a été reprise après la guerre qu'à partir de 1950 : à cette époque, la production n'était encore que de 6.250 tonnes. Elle sera portée en 1955 à 100.000 tonnes, avec un rendement moyen de 20 tonnes à l'hectare (Notes et études documentaires, Numéros 1821-1868, 1949 - www.google.fr/books/edition).

Les marais de Maliq dans la préfecture de Korça ont été asséchés à cette fin. Ils se trouvent à l'opposé de Dulcigno mais au sud-est de l'Albanie.

Proverbe 30

Il y a quatre choses qui marchent majestueusement : Le lion, le chef, ou le plus fort des animaux, qui ne reculera point devant tout homme armé. Et le bouc, ou le bélier, et le roi, et l'alkum avec lui. Mais nous ne connoissons aucun animal du nom d'alkum, si ce n'est peut-être l'alcé, qui ne differe guéres du cheval, que par ses longues oreilles, & son grand col. Alkum, ou alkim, signifie proprement une assemblée du peuple, où le Roi se trouve, où il harangue, où il préside. C'est dans ces occasions où les Princes paroissent avec plus de majesté, & de grandeur. Ainsi je voudrois traduire : Il y a quatre choses dont la marche est majestueuse : Le lion, le plus vaillant des animaux, ce qui ne recule pour rien du monde. Un soldat armé, & prêt à combattre. Un bouc, & le Roi au milieu de la Cour, ou dans l'assemblée de son peuple. Ceux qui croyent qu'Alkum est le non propre d'un Roi, qui vivoit du tems de Salomon, n'ont pour eux aucune preuve ; non plus que ceux qui veulent que Salomon se désigne lui-même par ce nom, qui suivant l'étymologie, veut dire, que personne ne s'éléve contre lui, ou semblable à lui. Quelques Exemplaires Latins lisent : Et Rex, nec est qui resistat ei, au lieu de : Nec est Rex qui resistat ei. Et la premiére leçon est la plus conforme à l'Hébreu (Augustin Calmet, Les Pseaumes, Et Les Proverbes, Tome 4 de Commentaire Litteral, 1724 - books.google.fr).

 

 

Sucre

Dans Tintin et ses sept châteaux..., l'Or noir est associé au château de sucre par l'intermédiaire du nid d'aigle de Smith/Müller dont le sous-sol est creusé d'un Decauville, système ferroviaire qui a été inventé pour la logisitique d'une exploitation de bettrave sucrière.

La société Decauville fut fondée par Paul Decauville, fils d'un exploitant agricole de Courcouronnes (Essonne) spécialisé dans la production de la betterave sucrière et de sa distillation en alcool. En 1875 il invente un nouveau type de voie de chemin de fer de faible écartement (de 400 à 600 mm) qui très vite prit le nom de «Decauville».

L'adaptation militaire du système Decauville est effectuée par le commandant Péchot sur la batterie de Bouvron près de Toul et est normalisée en 1888 ; la voie de 600 est testée en 1906, notamment à Langres.

Il fut un outil stratégique primordial lors de la Première Guerre mondiale (fr.wikipedia.org - Decauville, nonagones.info - La Vraie Langue Celtique de l’abbé Henri Boudet - Etudes particulières de psaumes - Tintin et ses sept châteaux, ou plus).

1655 est une année clé pour Abraham Pereyra. Il est fiché sur la liste des marchands juifs qui négocient sous un nom d'emprunt avec l'Espagne, mais surtout il obtient non sans peine l'autorisation de fonder une raffinerie de sucre qui va faire de lui un homme très riche. Les frères Pereyra achètent en 1656 une teinturerie qu'ils vont transformer en raffinerie. Elle sera prête en 1658. Dès cette époque, Pereyra, qui allie richesse et piété, prend une place prépondérante dans la communauté. 1656 est la date de l'exclusion de Spinoza et Pereyra fonde, avec Ephraim Bueno, une yeshiva, Tora Or, abondamment décrite par Daniel Levi de Barrios, qui eut pour directeur Isaac Aboab. [...] Immensément riche, il fonde, en 1659, une yeshiva à Hebron, nommée Hessed le Abraham. 1664 est aussi un moment décisif dans la vie de Pereyra : cette année-là, il vend la raffinerie pour une très forte somme et il commence la rédaction de  de son premier ouvrage La Certeza del Camino. Il semble qu'au fur et à mesure que la vie s'écoule, Pereyra soit rongé par l'inquiétude du salut individuel et communautaire, par le remords. Le temps perdu l'obsède. N'est-il pas parmi ceux qui ont trop tardé ? Mais surtout, n'est-il pas de ceux qui se sont moqués intérieurement des hommes pieux (H. Méchoulan, Catholicisme et Judaïsme dans La Certeza del Camino d'Abraham Pereyra, Amsterdam, 1666, Revue des études juives, 1984 - www.google.fr/books/edition).

La Certeza del Camino - «le véritable chemin» d'Abraham Pereyra parut en 1666, l'année même de la proclamation messianique de Sabbetai Zevi. Pereyra était devenu son adepte le plus fervent (Henry Mechoulan, Hispanidad y judaismo en tiempos de espinoza. La Certez del camino de Abraham Pereyra, Les Nouveaux cahiers, Numéros 95-98, 1988 - www.google.fr/books/edition).

Abraham Pereyra soutenait bien évidemment le mouvement de tout le poids de son autorité et de sa fortune. Il décida, avec Isaac Naar - un ancien condisciple de Spinoza - et leurs familles, de quitter la ville par voie de terre, pour aller au-devant du Messie et attendre, dans sa yeshiva de Hébron les manifestations du triomphe de l'ère nouvelle. Selon une autre source d'origine chrétienne, Abraham Pereyra partit avec sa famille pour Jérusalem «après avoir pris congé de notre magistrat et exprimé sa reconnaissance pour les faveurs dont lui-même et sa famille avaient ici bénéficié. Il a offert de vendre à perte une maison de campagne qu'il possédait d'une valeur de trois mille livres sterling...» Avant son départ, il demanda à Sasportas, en son nom et au nom d'autres riches notables, de cesser de rendre publique son incrédulité qui portait atteinte à la foi et à la volonté de repentance de la communauté. Abraham Pereyra relate lui-même, dans Espejo de la Vanidad del mundo, son voyage plein de péripéties qui prendra fin à Venise ; là, il semble déniaisé comme le prouvent toutes les allusions au Messie à venir dans ce texte (Henry Méchoulan, Etre juif à Amsterdam au temps de Spinoza, 1991 - www.google.fr/books/edition).

Daniel Lévi de Barrios était issu de parents marranites. Son père Simon ou Jacob Lévi Caniso, qui avait épousé Sara, de la famille Valle, pourchassé par l'Inquisition, habita tantôt en Espagne, à Montilla, lieu de naissance de Miguel, tantôt en Portugal, à Marialva et à Villa-Flor, jusqu'au moment où il se fixa définitivement à Alger. De son mariage, Simon Lévi eut de nombreux enfants, sept fils et quatre filles. [...] De tous les siens, Miguel mena la vie la plus tourmentée. Il rédigea Relation des poètes et écrivains espagnols et L'histoire de l'Académie juive Ez Chajim, ou Arbol de las Vidas d'Amsterdam (M. Kayserling, Une histoire de la littérature juive de Daniel Lévi de Barrios, Revue des études juives, Volumes 18-19, 1889 - books.google.fr).

Il épousa à Amsterdam Abigail de Pina, la richissime héritière d'un gros raffineur de sucre. Personnage haut en couleur, ancien capitaine de l'armée espagnole, Barrios fut un adepte de Sabbatai Zevi, et ses visions messianiques le conduisirent au bord de la folie (Claude Wainstain, Les Juifs dans les timbres, La fiancée juive, L'Arche, Numéros 497-502, 1999 - www.google.fr/books/edition).

On se souvient de Sakharine (de saccharose) qui pourrait être le portrait de l'auteur André Suarès, d'une famille juive dont des membres furent raffineurs de sucre en Egypte (Nag-Hammadi) (nonagones.info - La Croix d’Huriel - Tintin, Hergé et la Croix d’Huriel - Elle voulait qu’on l’appelle Venise : la Licorne et le Trésor de Rackham le rouge).

Peryera et Barrios viennent du Portugal comme Oliveira.

Enseignes

L’album de 1950 donne à voir des enseignes en hébreu et en arabe. Les premières sont correctement libellées ; les secondes sont écrites dans une pseudo-écriture arabe. Ce n’est que plus tard, dans des éditions ultérieures de ses autres albums, que les caractères arabes seront petit à petit correctement écrits (orientxxi.info).

Page 15: blammim: brakes ; btsk: dough: pâte ou pognon, fric (Israel Palchan, Hebrew-English, English-Hebrew Dictionary and Phrasebook, 2000 - www.google.fr/books/edition).

blamim batsek : machine à pétrir la pâte.

La légende de la mort de Sabbataï ne s'était pas encore développée. Samuel Gandour n'en est pas déjà à dire que Elie Tsevi ou d'autres croyants et rabbins étaient présents à son lit de mort. Israël Hazan parle déjà de la présence d un groupe de croyants, mais ne fait pas mention du frère de Sabbataï. D'après son récit, Sabbataï s'étendit pour mourir dans une grotte qu il avait préparée lui-même à cet effet. Quelques années plus tard, Barouch d’Arezzo nous livre la légende, parvenue à maturité : Sabbataï avait appelé son frère, sa femme, les rabbins qui étaient auprès de lui, et avait annoncé : «Sachez que je vais trépasser le jour du jeûne du Pardon, à l'heure de ne'ila. Portez-moi en cette grotte que j'ai préparée près de la mer, et qu au troisième jour mon frère Elie se rende à la grotte.» Quand le frère de Sabbataï arriva à la grotte le troisième jour, il trouva l'entrée défendue par un énorme dragon, mais il dit que son frère lui avait commandé de venir, et le dragon le laissa passer. Pénétrant dans la grotte, il la trouva vide : «Il n y avait dans la grotte ni Notre Seigneur, ni rien d autre, mais elle était remplie de lumière.» (Gershom Scholem, Sabbataï Tsevi, Le messie mystique (1626-1676), traduit de l’anglais par Marie-José Jolivet et Alexis Nouss) (docplayer.fr).

La communauté ne réagit pas uniformément au mouvement et les propos de Barouch d'Arezzo, s'ils expriment la vérité d'un «croyant», ne reflètent pas toute la vérité. «La grande majorité croyait que Dieu avait visité son peuple pour lui donner du pain, à savoir le pain de [son] salut. Les sages et les dirigeants [«laïques»] décidèrent, lors d'une assemblée commune, de proclamer un grand repentir tel qu'il n'y en eut jamais dans la ville auparavant», dans Venise qui était connue pour sa vie licencieuse. Tout en encourageant la pénitence, les dirigeants s'attachèrent à empêcher tout excès ou toute déviation de la ligne traditionnelle (Gerschom Scholem, Sabbataï Tsevi, le messie mystique 1626-1676, 2016 - www.google.fr/books/edition).

Baruch of Arezzo, one of Abraham Rovigo's group of Modena in Italy, composed in 1682-85, probably in Modena, a hagiography of Shabbetai Zevi, Zikhron le-Veit Yisrael, the oldest biography of this kind that has survived. Nathan's writings were copied and ardently studied in these circles (Robert Akers, Sibling Rivalry on a Grand Scale: The Devil's in the Details, 2011 - www.google.fr/books/edition).

Le premier jour de la fête de Pâque de l'an 1674, Abigail de Barrios, accompagnée de son père, accourut chez Sasportas, le suppliant de venir sans retard voir son mari, qui se démenait comme un fou, parlant constamment de visions et de rêveries; depuis quatre jours, il n'avait ni mangé ni bu et elle craignait qu'il ne succombât à sa faiblesse, toujours croissante. Sasportas le trouva complètement affaibli et incapable de proférer une parole. En vain il insista pour lui faire prendre quelque nourriture, lui représentant que ses rêveries compromettaient sa vie et qu'il laisserait sa famille dans la plus grande misère. Il ajouta que rien ne l'empecherait de considérer Sabbataï Zewi comme le Messie ; mais que son devoir le plus sacré était de songer à donner du pain à sa famille. Il l'engageait donc à continuer de s'occuper de poésie et de travailler à son grand ouvrage. Barrios promit de suivre les exhortations de Sasportas ; cependant il continua à s'attacher aux réveries messianiques. Tous ceux qu'il rencontrait, il les exhortait à jeuner et à faire pénitence, car une grande catastrophe menaçait le monde pour le châtier de ses péchés. Peu à peu de Barrios reprit ses travaux littéraires ; du reste, la nécessité l'y contraignait. Pour procurer du pain à sa femme et à ses deux jeunes enfants - sa fille Rebecca était née le 1er janvier 1670 -, il dut condescendre à faire des vers en l'honneur des juifs riches d'Amsterdam, de Londres et de Hambourg, à l'occasion de chaque événement heureux ou malheureux. Il resta toute sa vie un poète pauvre, plutôt digne de pitié que de raillerie. Seul survivant de tous ceux qu'il aimait, il mourut en février 1701 (M. Kayserling, Une histoire de la littérature juive de Daniel Lévi de Barrios, Revue des études juives, Volumes 18-19, 1889 - books.google.fr).

Pétrole et sucre : des carburants

L'organisme humain peut être parfaitement comparé à une machine qui, effectuant un travail, puise dans le milieu extérieur l'énergie qui lui est nécessaire. Avez-vous déjà vu, en effet, une automobile marcher sans essence, un moteur électrique sans courant, une machine à vapeur sans charbon ou calorique similaire ? Non ! Alors, pourquoi voulez-vous qu'il n'en soit pas de même dans le plan humain. L'organisme absorbe continuellement des substances alimentaires et brûle sans cesse de l'énergie et de la chaleur. D'autre part, les aliments contribuent à édifier et à développer les tissus, et se décomposent en abandonnant la majeure partie de leur chaleur de formation. Les graisses et surtout le sucre sont, au premier chef, des aliments dynamogènes, c'est-à-dire par conséquent des fournisseurs d'énergie. Un simple chiffre vous convaincra, puisque le sucre abandonne à l'énergie quatre calories par gramme, venant ainsi en tête des aliments. De même qu'un bon carburant n'abime pas votre moteur, les aliments sucrés présentent le grand  avantage de brûler sans encrasser l'organisme. Les hommes astreints à des travaux pénibles, et pour lesquels d'importantes dépenses d'énergie physique réclament de puissantes réserves, doivent consommer des substances sucrées. Sous quelque forme que ce soit : en confitures, en entremets, compotes, dans la boisson, le sucre constitue un des elements notre force. Evitons donc la lassitude et assurons nous une bonne digestion et une bonne santé, et une bonne humeur, en faisant du sucre une large part dans notre alimentation (Ecole et la Vie, Volume 17, 1933 - www.google.fr/books/edition).

Le sucre est un carburant du corps humain, tandis que le pétrole l'est de la société humaine du XXe siècle.

Pline l'Ancien écrivait sur la nature du naphte : On appelle ainsi une substance qui coule comme du bitume liquide, dans les environs de Babylone et dans l'Astacène, province de la Parthie. Le feu a une grande affinité pour elle, et il s'y jette dès qu'il est à portée (fr.wikipedia.org - Naphte).

Le sucre a-t-il été connu des anciens ? On n'en doute point d'après ce que dit Pline, saccharum et Arabia fert, sed laudatius India; l'Arabie porte de bon sucre, mais celui de l'Inde est meilleur. Il ajoute que c'est un miel gommeux, fragile sous la dent, qu'on recueille sur des roseaux. Il paroît par ce passage, que le sucre des anciens n'étoit qu'un sel essentiel, cristallisé par la force du soleil. Ce qu'en disent Dioscoride et Galien confirme ce rapport de Pline. Ce sucre qu'on recueilloit en petite quantité étoit réservé aux usages de la médecine (Pline, LIV. VI). D'après ce témoignage de Pline, il y a apparence que à sucre a été connue de toute antiquité dans les Indes et dans l'Afrique. Paul d'Egine, médecin grec, fait mention du sucre en 625 (Étienne Gabriel Peignot, Amusemens Philologiques, 1824 - books.google.fr).